Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Le musée Palué  
   
 

Le musée Palué

Par Jacques Delatour

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°52 de décembre 2012 pp. 3 à 5

Résumé d'après l'article

 
 

La cour du musée
 

 

Le musée Palué à Tain est installé dans la tour des Courbis, datant du XVIe siècle.
L’entrée, rue des Courbis, ouvre par une porte basse surmontée d’un fronton sur une courette avec un puits. Au fond, un bâtiment en mollasse en forme de tour à pans coupés avec plusieurs fenêtres à meneaux mène à une porte surmontée du même fronton que celui de la rue ; à l’intérieur un escalier à vis en pierre conduit à l’appartement ainsi qu’à une petite salle d’expo avec cheminée de pierre, qui complète la grande salle d’exposition du rez-de chaussée, jadis salle à manger des Courbis. L’ensemble, avec son jardinet rénové, ne manque pas de charme.

Sébastien Courbis, propriétaire des lieux en 1585, était marinier au port de Tain, spécialisé dans le transport du sel. Il possédait 9 bateaux. Un document datant de 1682 note que le consul Courbis a été contacté par Richelieu en visite à Valence afin qu’il lui procure « la pièce de vin du meilleur qui se puisse trouver sur le dict lieu ».

Naissance d’un musée
En 1992, Marie Palué achète la maison qui, en mauvais état, est en vente depuis des années. Le haut de la tour est béant, il n’y a plus aucune fenêtre, une partie de l’escalier s’est effondré, l’électricité est absente. Un maçon consulté est catégorique : « Si le toit n’est pas rapidement réparé, dans un mois tout sera par terre. »
Pierre Palué est dubitatif quand sa fille, trouvant le logement trop grand pour elle et son fils, lui suggère d’utiliser une ou deux salles pour un musée.

 
         
  C’est alors qu’un pas décisif est franchi : le musée se fera et sera le musée de la Nouvelle École de Paris, c’est-à-dire de Pierre Palué et de ses amis. « Je te prêterai ma collection, dit Pierre à sa fille ; on fera les encadrements ensemble et on poursuivra les travaux dans les pièces d’exposition ».
Le 18 mai 2000, pour l’inauguration, le maire Gilbert Bouchet, a bien fait les choses : la grande rue est barrée, décorée de banderoles et de drapeaux et un buffet attend les visiteurs.
Pierre Palué a eu l’idée de solliciter ses amis peintres en leur demandant de faire don d’une de leurs œuvres au musée qui peut présenter des œuvres de Bierge, Bollin, Brayer, Cottavoz, Couty, Forissier, Garbell, Lauran, Olga Mischkine, Marcel Roche, Michel Rodde, Savin, Bernard Buffet, Truphémus, Vignoht, Vinay (liste non exhaustive).

L’association des Amis de Pierre Palué est créée et le musée prend le nom définitif de Musée Palué.
En 2010, 3000 visiteurs ont franchi les portes du musée.
En 2011, pendant l’été, le nombre de visiteurs a encore augmenté, au rythme de 300 par semaine.
 

Un tableau de Garbell