Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Jaboulet : une famille de viticulteurs 
   
 

Jaboulet : une famille de viticulteurs

par Jean-Paul Ravel

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°67 d' octobre 2016 pp. 10 à 15

Résumé d'après l'article

 
 

Antoine Jaboulet
 

La surface et le rendement du vignoble drômois augmente sensiblement au XIXe siècle, mais la qualité n’est pas homogène. En revanche le vin de Tain et des communes avoisinantes, issu  de parcelles plus petites est « certainement un des meilleurs que l’on récolte en France »  écrit, en 1835, Nicolas Delacroix, maire de Valence. On le sert aussi bien dans les restaurants parisiens réputés que sur les tables des ambassades et des cours princières européennes.

C’est dans ce contexte qu’Antoine Jaboulet, né en 1807 à Cornas en  Ardèche, crée en 1834 à Tain un très modeste commerce de vins, qui fut à l’origine des célèbres maisons Jaboulet.
Cependant, Antoine Jaboulet a eu très certainement un aïeul travaillant dans le même domaine, comme en témoigne cette lettre datée du 29 octobre 1813 et mentionnant : « J’ay trouvé la lettre d’Eugénie. Jaboulet nous enverra 10 barriques incessamment, chez les frères Bret, à 6 fr. 50... »

 
 

Au lendemain de la guerre de 70, les jumeaux Paul-Jacques et Henri-Antoine créent, en 1873, une société de négoce de vins appelée « Jaboulet frères ». La ville de Tain compte alors une quinzaine de négociants en vins.
Mais en 1882 Paul-Jacques et Henri-Antoine dissolvent leur société afin de faire du commerce séparément.
On voit d’ores et déjà se dessiner les deux grandes lignées de négoce de vins connues de nos  jours sur un plan national que sont Paul Jaboulet Aîné, créée par Paul-Jacques et Jaboulet-Vercherre, créée par Henri-Antoine.

Maison Paul Jaboulet aîné.
En  1919, Henri-Auguste, fils de Paul-Jacques, achète la chapelle Saint-Christophe située au  sommet du coteau de l’Hermitage, construite au début du XIIIe siècle par le chevalier Henri-Gaspard de Sterimberg, qui, selon la légende décide, à son retour de croisade, de vivre en  ermite dans le dénuement le plus total. C’est de ce modeste édifice que vient le terme «l’Hermitage » ajouté au nom de la ville de Tain en 1920.

 

Généalogie de la famille Jaboulet
 
 

La chapelle Saint-Christophe
 

Mais, au début des années 2000, l’entreprise familiale est confrontée à des difficultés successorales.
Mésentente et revirement de position conduisent les actionnaires à vendre la  société Paul Jaboulet Aîné en janvier 2006 à la famille Frey, champenoise de longue date et  propriétaire du Château La Lagune à Bordeaux.

Maison Henri Jaboulet Vercherre.
Après diverses péripéties, la seconde maison commence par gérer aussi un vignoble à Pommard, près de Beaune, ce qui finit par entraîner de grandes difficultés, amenant les derniers propriétaires, les enfants d’Ulysse Jaboulet, à se séparer du vignoble de Tain, vendu au négociant Louis Max, pour ne conserver que la propriété de Côte d’Or.