Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Henri Caillet, un héros méconnu 
   
  Henri Caillet, un héros méconnu
Par Jean Sauvageon
Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°66 de juin 2016 pp. 34 à 36

Résumé d'après l'article

 
 

Henri Caillet
 

 

 

Henri Caillet est né le 12 octobre 1893, à Andancette.
Mobilisé pendant la guerre de 1914-1918, il avait été affecté au groupe cycliste de la 6e  division de cavalerie à Lyon, puis dans le Génie comme sapeur-mineur.
Il entre comme « chauffeur de service », aux chemins de fer, la société PLM, à l’époque. Rattaché à la gare de Saint-Rambert-d’Albon, à quelques kilomètres de son domicile, il devient ensuite « mécanicien de manœuvre ».

En 1939, Henri Caillet n’est pas mobilisé, vu son âge.
Il a des contacts avec un groupe franc de la région. Tous les jours cependant, il assure son métier de cheminot.
En 1944, il a 50 ans.

Le 1er août 1944, en début d’après-midi, 71 ou 72 détenus (suivant les sources), juifs ou politiques, sont rassemblés à la gare de Marseille Saint-Charles, puis enchaînés par deux et chargés dans un wagon de voyageurs sous la surveillance de douze soldats allemands commandés par un sous-officier.

 
 

 

 

Le court voyage vers Lyon traîne en longueur : Le 3 août 1944 le train est en gare de Peyraud, près d’Annonay, bloqué par une alerte aérienne.
Les FFI de l’Ardèche décident de diriger ce train vers une autre voie, la ligne de Saint-Rambert-d’Albon à Firminy passant par Annonay.
Henri Caillet doit faire le coup de poing avec un soldat allemand qui se doute de quelque chose. Vers 3 heures du matin, les Résistants ardéchois passent à l’attaque.
Après 3 heures de combat, les Allemands se rendent et les prisonniers sont libérés, déplorant trois morts.

Henri Caillet a repris son métier de cheminot. Mais son acte courageux lui a quand même valu une citation à l’ordre de la Brigade, par le  Colonel  Descour,  commandant la 14e Région militaire et Chef régional FFI.

 

La gare d'Annonay