Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles ---> Géologie de la région Ro-Val-Tain
   
 

GEOLOGIE DE LA REGION ROMANS – VALENCE – TAIN

Par Yvonne THOMAS

Ed. AUED, Etudes Drômoises, revue trimestrielle, n° 1996/2-3, pages 6 à 11
 

 

 
« Triangle » traversé par la basse vallée de l’Isère, coulant dans sa plaine alluviale avant de rejoindre le Rhône à l’ouest.
L’article aborde 4 thèmes :
* La formation des terrasses fluvio-glaciaires : les moraines glaciaires sont emportées par les eaux de fusion aux stades inter-glaciaires et sont creusées par les rivières. Ainsi se sont formées des terrasses emboitées (croquis explicatifs). Plusieurs stades de formation (en allant du plus ancien au plus récent : Gunz, Hindel, Riss, Witren. Si les terrasses de l’Isère sont importantes, celles du Rhône le sont moins car le Rhône, à partir du Riss, a été rejeté vers le Massif Central – vers la confluence Rhône-Isère, les terrasses sont dues aux 2 fleuves - l’article est illustré par une carte géologique simplifiée.
* L’évolution des cours du Rhône et de l’Isère au quaternaire : l’Isère, au début du quaternaire, coule plus au Nord (plaine de Valloire). Le Rhône coule dans le défilé Tain-Tournon à la fin du Miocène ; plus au sud, il coule à l’ouest de la montagne de Crussol. Au Gunz, le Rhône abandonne le défilé Tain-Tournon et passe à l’est de Crozes où il laisse des terrasses du stade de Mindel ; au stade Riss, il abandonne son tracé à l’ouest de Crussol et à l’est de Crozes et revient à son tracé initial.
* L’importance de la molasse miocène : roche détritique déposée dans une mer peu profonde (débris dus à l’érosion sur les Alpes et le Massif Central). L’épaisseur de la molasse peut atteindre 4 à 500 mètres. A la fin du miocène , la région se soulève et la molasse a alors un caractère fluvio-lacustre. La molasse forme quelques monts dans la plaine de Valence et elle est plus étendue au nord de l’Isère, dans la Drôme des Collines. Il y a parfois des bancs grésifiés pouvant servir de pierre de taille (carrières de Châteauneuf d’Isère). Au Pliocène, des dépôts lacustres et formation de loess.
* Le socle granitique : traversé en épigénic dans le défilé Saint-Vallier/Tain, il est recouvert ailleurs par des sédiments dans la fosse de Valence (où le socle est à 4000 m de profondeur).

L’article conclut par une étude des liaisons géologie/activités humaines, est accompagné d’un tableau chronologique.