Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->  Les Donzelli, artistes réfugiés à Valence 
   
 

Les Donzelli, artistes réfugiés à Valence

Par Bernard-Marie Despesse

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°68 de décembre 2016 pp. 34 à 38

Résumé d'après l'article

 
 

Dante Donzelli, autoportrait
 

 

 

 

 

Dans le n° 64 d’Études drômoises, un article biographique a fait connaître l’artiste peintre et sculpteur Duilio Donzelli réfugié à Valence en 1940.

Les Donzelli sont un exemple de famille qui, pour raisons économiques et politiques, ont dû s’expatrier d’Italie vers le Luxembourg puis la France, à Lacroix-sur-Meuse avant d’arriver à Valence.

Fils de Duilio Donzelli et de Jenny Marchi, Dante est né le 28 octobre 1909 à Cattolica en Italie.
Il se retrouve avec ses parents dans la Meuse, à Saint-Mihiel dès 1924.
La réparation  des destructions consécutives à la Première Guerre mondiale demande de la main d’œuvre. 
 
 

 

 

 

 

Dante aide son père à la restauration et à la création d’œuvres sculpturales et picturales d’art  religieux mais aussi des monuments aux morts, fontaines, etc.

À cause de l’invasion allemande, alors âgé de 30 ans, Dante se rend à Valence en vélo où il trouve du travail chez  un marbrier avenue de Romans.
Fin juin 1940, il fait venir sa famille.

Dante restaure et crée des œuvres sculptées ou peintes dans des églises, châteaux, maisons de maître…
Comme son père, Il est très polyvalent.
Sollicité par Mgr Georges Petit, évêque du diocèse de Verdun, Dante retravaille dans la Meuse vers 1952-1953, et s’installe définitivement avec sa famille à Saint-Mihiel en 1957.

Formé par son père et Rabinger, à son tour, il transmet son art en ouvrant la première école de peinture en Meuse à Saint-Mihiel en 1963.

 

Dante Donzelli, sa femme et leur fils François
 
 

La nativité. Dante Donzelli, 1946
 

La signature « Donzelli » ou « D. Donzelli », parfois avec la mention « Valence », que l’on trouve sur des statues, des fresques ou autres œuvres à Valence et dans la région prête à  confusion et entraîne une incertitude sur l’auteur.

Duilio et Dante Donzelli, le père et le fils, peuvent prétendre à signer avec la même initiale.
Au sujet de sa collaboration avec son père,  Dante révèle : « À partir de l’âge de 11 ans, j’ai érigé avec lui une cinquantaine de monuments aux morts. Ensemble, nous avons aussi restauré une bonne soixantaine de fresques et de statues d’église… Nous avons relevé un bon nombre de statues monumentales…  Notre collaboration n’a cessé qu’à la guerre de 1940. »

Les Donzelli sont les auteurs d’un travail phénoménal, plus de 5 000 œuvres sont recensées d’après l’inventaire de Marie-Thérèse Bastien, aussi bien en France qu’à l’étranger.