Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles ---> Les diatomites de la montagne d'Andance   
   
 

La diatomite de la montagne d'Andance

Par Yvonne Thomas

 
Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°3 de 1995 pp. 4 à 7

Résumé d'après l'article

 
 

Fragment de diatomite. On distingue la structure feuilletée
 

Des gisements de diatomite se trouvent en Bohème, en Toscane mais aussi en France, le plus important d'Europe étant celui de Saint-Bauzile (Montagne d'Andance).

La diatomite est une roche de couleur variable (blanche, grise ou verdâtre), très légère, poreuse, peu solide mais dure grâce aux « tests » (membrane cellulosique) siliceux des diatomées qui la composent. Les diatomées sont des algues brunes, unicellulaires, donc microscopiques, vivant en eau douce ou salée. Certaines espèces sont fossiles, d'autres vivent encore, largement réparties à la surface du globe.

 

La formation du dépôt de diatomées est due à un cratère d'explosion (maar), qui s'est rempli d'une eau très riche en silice, d'où un intense développement des diatomées, sur plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur. L'érosion du quaternaire a dégagé la montagne d'Andance qui domine le village de Saint-Bauzile.
Les travaux de Mme Ehrlich (géologue à la faculté des sciences de Paris) ont montré que les diatomées de la région ne sont pas les mêmes dans leur forme, ce qui confirme qu'il y a eu des lacs différents au Miocène-Pliocène.
Les macrofossiles (flore et faune), abondants dans la diatomite, renseignent sur le paléoclimat et sur l'âge des dépôts.

Cette roche a une grande importance économique : après différents traitements (calcination, séchage), elle donne la cristobalite, un produit très fin, léger et floconneux, qui sert à filtrer bien des liquides (bières, vins, produits pharmaceutiques).

 

Feuille de chataignier conservée dans la diatomite