Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->L'art décoratif de Rachel et Gérard Chirouze 
   
 

L'art décoratif de Rachel et Gérard Chirouze

par Anne-Marie Ravel

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°67 d' octobre 2016 pp. 32 à 35

Résumé d'après l'article

 
 

Décor en trompe l'œil panoramique
 

 

 

Les deux créateurs ont des parcours professionnels complémentaires.

Gérard, petit-fils d’un peintre en décor, a vite été imprégné d’un savoir-faire lié aux techniques de décoration de l’habitat. Dans les années 1970, il se forme au métier de peintre  enlettres, décors et attributs à la prestigieuse École Blot de Reims, premier institut de formation à la peinture décorative, fondé en France en 1925.
Après une expérience professionnelle sur Paris,  il rejoint la Drôme et ses départements limitrophes.

Rachel, en parallèle à la préparation d’un master en communication (1988), est attirée, aux  Beaux-arts, par l’histoire de l’art et la peinture.
Tous deux ont suivi, notamment, des stages de formation à l’École du Patrimoine d’Avignon,  où ils s’initient aux secrets des techniques de peinture ancienne, du badigeon à la chaux, des  faux-semblants.

 
 

La revue  Maison Chic  de janvier 2011 leur a consacré une vingtaine de pages illustrées et en décembre 2015, un autre long article de cette même revue revient sur leur talent décoratif à l’occasion de Noël.
En 2016, c’est le bimensuel L’esprit  déco qui les distingue.

Les deux artistes conçoivent et agencent des volumes, offrant des espaces aux murs stylisés, le  tout dans une note raffinée de tons poudrés ou colorés selon les goûts de leurs clients.
Leur univers, chargé de trouvailles et d’émotions, offre tout un panel de ce que peuvent mettre en œuvre ces artisans-artistes.
Leur travail original, se fait connaître de bouche à oreille. Ainsi  restaurent-ils une montée d’escalier, puis quelques pièces, dans un château du Gard. Leur réputation tranquille transforme les intérieurs de la région, surtout chez les particuliers mais  aussi au château d’Alixan, dans les chambres d’hôtes du gîte de la Renaissance à Peyrins.

Études drômoises ne pouvait manquer de souligner ce talent drômois.

 

Église arménienne apostolique Saint-Nicolas (Romans)